PANAMA : La promotion 2020

Tout d’abord, nous tenions à remercier la presque centaine de candidats qui ont postulé à notre appel à projet pour la professionnalisation des artistes émergents de Haute-Garonne : PANAMA.

Cette édition a rencontré un succès considérablement plus élevé que les années passées, preuve du réel besoin d’une offre de formation véritablement personnalisée sur notre territoire.

Les lauréats de cette année bénéficieront d’un an d’accompagnement personnalisé à la professionnalisation, qui comptera des formations, tant dans les domaines de la communication, du démarchage, de l’administration, du coaching vocal et en anglais, des recherches de subventions…. ceci afin de toujours mieux s’adapter au marché actuel de la musique.
Ces formations alterneront des sessions en individuel et des ateliers collectifs à tous les artistes PANAMA 2020.

Découvrons ensemble les 10 groupes retenus cette année :

ARAM : c’est l’univers du compositeur Simon Charrier entre rock progressif, musique contemporaine, jazz et musique de chambre. Quand la musique suggère histoires, paysages; à la fois libre, ancrée, volatile et sauvage.

BEL ARMEL : ou l’univers fantasque de l’autrice-compositrice-interprète Christelle Boizanté. Addictive, sa musique est un poème intime chanté (en français) qui extrapole, enjolive ou écrabouille le réel mais pas que.

BERCÉ : Bercé aurait pu être un rappeur mélodyne. Mais il préfère bichonner ses textes en mode chanson électro. Il se traîne une bonne dose de mélancolie, raconte ses ruptures, sa réussite dans l’échec, la génération Z, sa planète.

JOEL MAUÁ : Brodant ses chansons pop tropicales avec des fils de groove et de jazz, Joel Mauá propose un univers à la fois doux et saisissant, en portugais ou en français, apaisant nos âmes toujours plus pressées par une vie qui s’accélère.

SKALSKI : Ses chansons d’itinérance, emprises d’un Hip-Hop sincère et d’une énergie punk spontanée sous-jacente, donnent à penser et à danser, sur des textes aussi sensibles que réalistes, qui vont de l’underground à la pop, de la mélancolie à la joie.

VICTORIA LUD : Ce trio un peu loufoque au premier abord nous a séduit par sa sincérité si captivante, nous tendant la main dans une échappée jubilatoire, intense et émouvante. Énergique, la chair des mots s’y frotte… et s’y pique.

V O L G A N E : nous avons été conquis par ce duo électronique instrumental, composé d’Igor Huillet (chant, saxophone soprano, machines) et de Florian Soulier (guitares, synthés), qui prennent le parti de se jouer des codes du jazz, de la musique improvisée et électronique, afin de distiller leur savoir-faire au travers d’une musique envoûtante.

ÖLY : Cette créature musicale à trois têtes nous immerge et nous happe immédiatement dans une réalité sombre et cathartique, grâce au subtil mélange du beatbox, du violoncelle et d’une pop aux accents de trip-hop.

MYMYTCHELL : Les textes proposent de rire, pleurer ou simplement s’arrêter sur nos folies contemporaines, quotidiennes, de notre angoisse du temps présent, passé, futur. Ils proposent aussi de remettre en question cheveux longs et cheveux courts. Un coup de cœur pour une artiste sincère, vraie et communicative.